L’histoire de Paris remonte à sa fondation par les Parisii.

Au fil des siècles, Paris a été le théâtre d’innombrables émeutes et révolutions.

• Histoire de Paris
• Ancienne enseigne de métro à Paris
• Vues du centre de Paris depuis Notre Dame
• Vues du centre de Paris depuis Notre Dame
• La Défense
• L’Arche de la Défense

Fondation

L’histoire de Paris remonte à environ 259 av. J.-C., avec les Parisii, une tribu celte installée sur les rives de la Seine. En 52 av. J.-C., le village de pêcheurs est conquis par les Romains, qui fondent une ville gallo-romaine appelée Lutèce.
La ville a changé de nom pour devenir Paris au cours du quatrième siècle. Durant cette période, la ville est menacée par Attila le Hun et son armée, et selon la légende, les habitants de Paris résistent aux attaques grâce à l’intervention providentielle de Sainte Geneviève (patronne de la ville).
En 508, le premier roi des Francs, Clovis Ier, fait de Paris la capitale de son empire. En 987, la dynastie capétienne prend le pouvoir jusqu’en 1328.
Au cours du XIe siècle, Paris devient progressivement plus prospère grâce à son commerce d’argent et parce qu’elle est une voie stratégique pour les pèlerins et les commerçants.

Émeutes et soulèvements

Au début du XIIe siècle, la première université de France a été fondée grâce aux soulèvements des étudiants et des professeurs. Louis IX nomme l’aumônier, Robert de Sorbon, pour fonder le Collège, qui portera plus tard son nom, la Sorbonne.
Trois insurrections ont eu lieu au cours du XIVe siècle à Paris : la première, en 1358, lorsque Étienne Marcel a mené une révolte de marchands. La deuxième est une émeute fiscale connue sous le nom de soulèvement Maillot en 1382, et la troisième est la révolte des Cabochiens en 1413. Ces émeutes s’inscrivent dans le cadre de la guerre de Cent Ans.
En outre, la capitale de la France, qui était la ville la plus peuplée d’Europe en 1328, a été frappée par la peste bubonique, tuant des milliers de Parisiens. Après la guerre de Cent Ans, Paris est dévastée et Jeanne d’Arc ne peut empêcher les Britanniques de prendre Paris. En 1431, Henri VI d’Angleterre est couronné roi de France et les Anglais ne partiront qu’en 1436.
La ville a continué à se développer au cours des siècles suivants, bien que les monarques aient préféré vivre dans la vallée de la Loire. En 1528, le roi François Ier rendit la résidence royale à Paris et la ville devint la plus grande d’Europe occidentale.
Le 24 août 1572, le conseil royal décide d’assassiner les chefs des protestants (Hugonotes), ce qui conduit les catholiques à massacrer les protestants à Paris. Connu sous le nom de Massacre de la Saint-Barthélemy, il s’est répandu de Paris au reste du pays au cours des mois suivants.
Marguerite de Valois, sœur du roi Charles IX, épouse Henri de Navarre (chef de la dynastie des huguenots) la même année, tandis qu’Henri III tente de trouver une solution aux conflits entre catholiques et protestants. Cependant, en 1588, les catholiques français ont forcé Henri III à s’enfuir le jour dit des barricades et l’ont tué un an plus tard.

Henri de Navarre lui succède et devient le roi Henri IV.

Une décennie plus tard, Henri IV décide de se convertir au catholicisme et est couronné roi de France en 1594.
En 1648, le deuxième jour des barricades a lieu lorsque les Parisiens s’opposent au roi en raison du niveau de pauvreté déplorable. Ce fut le début d’un long soulèvement appelé Fronde parlementaire, une série de guerres civiles qui se sont déroulées en France entre 1648 et 1662. Quinze ans plus tard, le roi Louis XVI transfère la résidence royale à Versailles.

Le déclin de la monarchie

Suite à la Fronde, la pauvreté se répand dans tout Paris. A cette époque, on assiste à une explosion du mouvement philosophique des Lumières, dont les principes sont fondés sur la raison, l’égalité et la liberté.
Des philosophes et des auteurs tels que Voltaire, Rousseau, Diderot et Montesquieu ont favorisé le Siècle des Lumières, créant un besoin d’égalité socio-économique qui a conduit à la révolution et au déclin de la monarchie de droit divin.
Le 14 juillet 1789, les Parisiens prennent d’assaut la Bastille, symbole de l’autorité royale et le 3 septembre 1791, la première Constitution écrite est créée et approuvée par le roi Louis XVI. Le roi et les ministres constituent le pouvoir exécutif et le monarque dispose d’un droit de veto suspensif sur les lois approuvées par l’Assemblée nationale.
Le 10 août 1792, les Parisiens attaquent le palais des Tuileries et l’Assemblée nationale suspend les droits constitutionnels du roi. Le nouveau parlement abolit la monarchie et proclame la République. En conséquence, le 17 août 1795, une nouvelle constitution est approuvée, donnant le pouvoir exécutif à un Directoire.

Paris sous Napoléon

La nouvelle Constitution n’a pas été acceptée par les groupes monarchiques et les Jacobins. Plusieurs soulèvements ont eu lieu à Paris, mais ils ont tous été réprimés par l’armée.
Néanmoins, le 9 novembre 1799, l’armée ne parvient pas à écraser le coup d’État mené par Napoléon Bonaparte, qui renverse le Directoire et le remplace par le Consulat, Napoléon étant Premier Consul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code