Le cannabis reste illégal selon la loi fédérale suisse, bien que le gouvernement n’applique pas strictement cette position et que de nombreuses villes Suisse dont Lausanne ou Genève s’orientent vers la légalisation du cannabis.
La plante de cannabis synthétise plus de 100 cannabinoïdes qui peuvent interagir avec le système endocannabinoïde du corps et provoquer des effets cliniques variables.

Comment conseiller les patients sur les lois en vigueur, les preuves cliniques, et plus

Ces dernières années, le cannabidiol (CBD), un composé non toxique présent dans le cannabis, a suscité une attention et une popularité croissantes parmi les patients pour le traitement de la douleur, de l’insomnie et de l’anxiété, bien que davantage de données soient nécessaires, provenant d’essais bien contrôlés, pour confirmer tout bénéfice thérapeutique réel.
En l’absence de recommandations et de méthodes claires, fondées sur des données probantes, à appliquer dans la pratique quotidienne, cette adoption de la CDB a placé les cliniciens dans une position difficile.
Lors du Congrès de psychologie 2019, qui s’est tenu du 3 au 6 octobre à Lausanne, en Suisse, un professeur clinique associé à l’École des sciences infirmières de l’Université de Lausanne et un autre de Genève, en Suisse, a abordé ce sujet dans sa présentation intitulée tout sur le Cannabidiol (CBD) ? dans laquelle il a évoqué les preuves actuelles du potentiel thérapeutique du CBD, ainsi que le rôle du clinicien dans le conseil aux patients qui choisissent d’utiliser des cannabinoïdes.

CBD contre THC

Avant de décrire les preuves existantes pour les thérapies de la CBD, il a expliqué une correction importante à la façon dont beaucoup perçoivent la CBD par rapport au tétrahydrocannabinol (THC), le principal composant psychoactif du cannabis. “La différence entre [THC et CBD] n’est pas noire ou blanche… Le THC n’est pas le mauvais, le CBD n’est pas le bon – c’est beaucoup plus compliqué que cela”.
Au niveau du réseau neuronal, le THC réduit l’activité à la fois au niveau du mode par défaut et des réseaux de saillies du cerveau, créant ainsi les effets intoxicants du cannabis. Dans les souches de cannabis à forte teneur en CBD et à faible teneur en THC, le CBD corrige une partie de cette perturbation, limitant ainsi les effets intoxicants du THC.

Le CBD est-il un véritable médicament ?

Le premier produit à base de CBD a été approuvé en 2018 avec des indications pour le syndrome de Dravet et le syndrome de Lennox-Gastaut. L’intérêt pour le CBD en tant que traitement de ces affections s’est accru après l’histoire très médiatisée de Charlotte Figi, une jeune fille atteinte du syndrome de Dravet pour laquelle une souche de cannabis à forte teneur en CBD a été conçue comme thérapie pour ses crises débilitantes.
En dehors de ces indications, il existe une pléthore de données anecdotiques qui indiquent de nombreux avantages thérapeutiques de la CBD, mais les données d’essais cliniques font défaut. “En l’absence de données, nous avons des histoires”, a-t-il déclaré dans sa présentation, ajoutant que la communauté scientifique est loin derrière les consommateurs de cannabis pour ce qui est de la compréhension des avantages possibles de cette drogue.

La CDB est-elle légale ?

Le cannabis reste illégal selon la loi fédérale suisse, bien que le gouvernement n’applique pas strictement cette position et que de nombreuses villes Suisse dont Lausanne ou Genève s’orientent vers la légalisation du cannabis.
Jusqu’à la promulgation d’une loi, la CBD était une drogue de l’annexe I. une étude de 2018 a déclaré que la CBD est légale lorsqu’elle est dérivée de plantes de chanvre sans THC (<0,3 % de THC en poids sec) cultivées conformément aux lois des villes et aux règlements du ministère de l’agriculture.
La CBD peut être extraite à la fois du chanvre et du cannabis. La CBD dérivée du chanvre est légale en vertu du droit fédéral si elle est produite selon les termes d’une loi, mais peut être illégale en vertu du droit des villes. Dans les villes suisses qui ont légalisé le cannabis, la CDB dérivée du cannabis est légale mais peut rester illégale en vertu de la loi fédérale.

La CDB est-elle sûre ?

Des études existantes ont montré que des doses élevées de CBD sont bien tolérées, mais les données actuelles sont équivoques.
Dans une petite étude croisée en double aveugle, les chercheurs ont examiné les effets pharmacologiques du THC et du CBD chez les mêmes participants en bonne santé. Alors que le THC a augmenté le rythme cardiaque, l’intoxication et la sédation physique et mentale deux heures après l’administration, le CBD n’a augmenté aucun de ces facteurs plus que le placebo.
En ce qui concerne les interactions médicamenteuses, de bonnes études in vivo sont nécessaires, mais certaines données suggèrent que le CBD/THC a des interactions potentielles avec le kétoconazole, la théophylline et le clobazam.

La CDB est-elle un anxiolytique ?

Il existe certaines preuves que le CBD est associé à une réduction de l’anxiété sociale et à une réduction de l’activité limbique et paralysante liée aux troubles anxieux, mais il y a encore peu de preuves qui soutiennent l’utilisation du CBD pour les troubles liés à l’anxiété.
Dans une étude examinant les effets d’une dose unique de CBD ou d’un placebo sur l’anxiété sociale généralisée associée à la prise de parole en public, on a constaté que des volontaires en bonne santé qui avaient été prétraités avec du CBD avant de parler (n=12) présentaient des niveaux d’anxiété, une gêne dans la performance vocale et une déficience cognitive significativement inférieurs à ceux qui avaient reçu le placebo10 : 300 mg de CBD ont réduit de manière significative les mesures subjectives de l’anxiété et ont montré moins d’effets sédatifs que le clonazépam.

Comment le CBD affecte-t-il le sommeil ?

En dépit de nombreuses preuves anecdotiques de patients utilisant du CBD pour favoriser le sommeil2, une série de cas de personnes souffrant d’anxiété ou de troubles du sommeil et utilisant du CBD (25-175 mg/j) en plus du traitement habituel a montré des améliorations plus significatives et plus durables de l’anxiété que du sommeil. Une autre étude sur le sujet a révélé que, par rapport au placebo, le CBD/THC oral à faible dose était associé à une durée de sommeil légèrement plus longue et à moins de réveils, mais n’augmentait pas la durée du sommeil profond ni n’aidait les patients à s’endormir plus rapidement.

La CDB exerce-t-elle des effets antidépresseurs ?

Il n’existe aucune preuve chez l’homme d’un quelconque effet antidépresseur du CBD. Certaines études animales ont indiqué des effets antidépresseurs avec le traitement au CBD, mais ces effets ont été atténués après que certains antidépresseurs aient déjà été administrés, bloquant l’activité ultérieure du CBD au niveau cellulaire.

Voir https://theoueb.com/site-16485-swissbotanic pour en savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code